Enter The Moch

Recommandé par les Pompes Funèbres Générales.

Mois : novembre, 2015

ÇA SE GATE

Le scandale est l’apanage de toute bonne société de connards.

On le provoque puis se révolte de son existence. On l’alimente puis s’étonne de sa persistance. On le condamne puis met en garde contre sa résurgence.

Qu’il soit sportif, artistique ou politique, le scandale est omniprésent dans nos vies.

Au point qu’il semble en être devenu un métronome prolixe et sulfureux, dont il n’est pas toujours aisé de suivre le rythme.

Rattrapages.

***

Le Watergate (1972)

NIXO 

1972. Des cambrioleurs discrets comme des rugbymen sous MD se font serrer pendant le casse d’un hôtel. Rien d’anormal jusque là. Si ce n’est que les bureaux qu’ils ont retournés sont ceux du Parti Démocrate à Washington, que l’on est en pleine campagne présidentielle et que le commanditaire de l’opération est Richard Nixon, 37ème président des Etats-Unis en fonction. Comme dirait la robe de Monica Lewinski, ça fait tâche. Dans un premier temps, l’affaire ne fracasse pas les tympans du public de par son peu de retentissement médiatique. Mais c’est compter sans l’acharnement de deux journalistes méthodiques et d’un indicateur haut placé. Les deux premiers, reporters au Washington Post, sont aussi teigneux dans leurs enquêtes que Robert Ménard devant un migrant fraudant le bus. Le troisième, bien nommé Gorge Profonde, est un 5 étoiles du FBI avec deux-trois infos sur le cambriolage susvisé et accessoirement sur le système d’espionnage mis en place par le candidat républicain à la réélection, jusque dans les murs de la Maison Blanche. La suite ? Une commission d’enquête sénatoriale casse les boules de Dick nuit et jour, les amis de ce dernier font ce qu’ils peuvent pour entraver la justice, de nouvelles charges viennent s’abattre sur ce ramassis de stratèges… pour finalement aboutir à la démission du Président fraîchement réélu. Rien que ça.

Leçon : un homme politique républicain mouillé dans un scandale d’écoutes téléphoniques ne peut pas être un candidat plausible à la présidence

***

Le Nipplegate (2004)

NIPPLE

Il n’y a que trois choses de sacrées aux Etats-Unis : Dieu, les armes et le Superbowl. Si les deux premiers sont respectivement chargés d’apporter vie et mort au Citoyen Américain, le troisième s’occupe de lui procurer de la joie. Couronnant une saison de foot US plus disputée qu’une teub dans une réunion de nymphomanes, le Superbowl 2004 s’annonce encore une fois comme l’évènement télévisuel de l’année. Le spectacle de la mi-temps doit donc être au niveau. Chaque année, l’interruption du match à sa moitié est ainsi l’occasion pour les plus grosses traînées de la culture pop pour les artistes les plus populaires du moment de venir montrer l’étendue infinie de leurs talents et celle beaucoup plus limitée des habits qui les recouvrent. Carolina est menée par New England lorsque les joueurs laissent le terrain à Justin Timberlake et Janet Jackson pour l’entracte. A l’époque, Justin est aussi bankable que Janet est à la ramasse. Le premier enfile les hits et les chattes de groupies, la seconde : médocs et albums tout pourris. L’occasion donc pour la sœur de MJ de rappeler au monde qu’elle existe. Bilan : une mamie plastifiée exhibant à la face du monde une voix éraillée et un nichon ramolli. S’ensuivent hystérie collective de l’Amérique puritaine, lamentations publiques des deux artistes engagés et amende record pour la chaîne qui rediffuse le match ce soir-là. Le côté yin du rêve américain.

Leçon : ne jamais confier l’animation d’une soirée à la personne la plus désespérée du groupe

***

Le Rubygate (2010)

berlusconi-2_1826466c

L’Italie est une transformiste zélée, capable de revêtir à merveille n’importe quelle parure politique. Ainsi après avoir été une monarchie, un morceau d’empire et une dictature fasciste, ses citoyens ont décidé d’en faire un théâtre dont la scène est réservée depuis 15 ans à Silvio Berlusconi. Cet homme d’affaires n’a dès lors cessé d’y exercer ses aptitudes naturelles pour les enculades en tout genre. On ne le pensait pas apte à transposer au monde politique sa fils-de-putance entrepreneuriale, il l’a fait. Mais en 2010, l’acrobate du pot de vin et de la saillie vulgaire/misogyne/raciste a failli laisser quelques plumes dans une affaire de mœurs impliquant, comme dans une histoire sortie du Courrier Picard, de l’alcool et des mineures. Le « e » est important ici. Quoique. Pour se détendre d’une vie publique agitée, le Président du Conseil avait ainsi pris l’habitude d’organiser des pool parties à la Rick Ross où des candidates recalées de la télé-réalité venaient louer leurs orifices à de vieux édiles encore capables de se tenir droit. Or, bien que très douée selon les témoignages, l’une d’entre elles – Ruby – s’est avérée ne pas avoir l’âge requis pour lécher des testicules poilus et pendants (y en a-t-il un ?). Après que le scandale a éclaté, le leader de Forza Italia a été condamné à 7 ans de zonzon en première instance pour incitation à la prostitution de mineure et abus de pouvoir. Avant d’être acquitté par la Cour d’appel de Milan en 2014. Et de pouvoir recommencer à balader ses couilles pleines et son cerveau inversement rempli sur les planches du Théâtre de la Grande Italie. Thuglife.

Leçon : Iceberg Slim et Don Corleone ont trouvé leur maître

***

Le Piggate (2015)

David Cameron andrew parsons PA

Le Premier Ministre britannique David Cameron, alors âgé de 18 ans, fourre sa queue dans la gueule d’un cochon mort pour son bizutage universitaire. Pas besoin d’en dire beaucoup plus.

Leçon : violer la dépouille d’un animal n’est pas nécessairement un handicap pour faire carrière en politique

***

Le Slipgate (2015)

PELLE

« Le pinson est un nom vernaculaire donné à plusieurs petits passereaux granivores. On en recense environ 200 milliards en Europe, principalement répartis en deux espèces. Leur plumage est marron. Leur chant est pas génial. Tirez. ». A la lecture de cet extrait du Manuel du Chasseur, on aura compris que les pinsons sont un peu comme les fans de Justin Bieber : trop bruyants et nombreux pour qu’on n’en massacre pas quelques uns de temps en temps. C’est justement la riche idée qu’on eue des agriculteurs landais en plaçant des pièges à oiseaux un peu partout sur leurs terrains, à Audon. Mais c’était tabler sans la vigilance des amis des animaux ou « zoophiles » pour ceux qui aiment le latin. Emmenés par Allain Bougrain Dubourg, ceux-ci ont eu la non moins riche idée de démonter les cages avec un doigté de CRS sous Redbull. Le propriétaire des lieux, surpris par ce manque de tact envers ses installations, a alors tenu à signifier sa désapprobation de la méthode aux écologistes et journalistes présents sur place. A grands coups de pelle de chantier. Et en slip. Grosse erreur, le slip. En l’an de grâce 2015, la moindre image fait le tour du globe en deux clics. Même la plus insignifiante. Alors, celle d’un Néanderthal en Sloggy© qui donne des coups de pelle à un mangeur de kinoa… Il n’en fallait pas davantage pour que ce néo-Bernie des campagnes chalossaises devienne le sujet ridicule de photomontages viraux, d’articles de presse moqueurs et de reportages télévisuels insultants. Opprobre injustifiée pour un homme qui voulait juste contribuer, à son modeste niveau, à la destruction salutaire de nuisibles emplumés. Y a pas de justice.

Leçon : mettre un pantalon n’est pas vain pour qui veut conserver sa street-crédibilité

A suivre.

M.J.C.

Publicités

LEGALISE ÇA

weed

Imitant le Colorado, Washington et l’Alaska, l’Oregon a légalisé la marie-jeanne.

M.J.C.